85 dB n’est pas un niveau de bruit sûr pour prévenir la perte d’audition

Traduction de l’article 

Le seuil de blessure auditive est seulement de 75 à 78 dBA, et la blessure auditive peut commencer à des niveaux sonores inférieurs à ces valeurs.

Les critères d’exposition au bruit en milieu de travail du NIOSH spécifient 85 dBA comme niveau d’exposition recommandé pour le bruit au travail. Mais c’est uniquement concernant le bruit au travail. Dans un article du NIOSH Science, publié le 8 février 2016 dans un blog scientifique, il était question de la différence entre une norme d’exposition au bruit au travail et une norme d’exposition au bruit sans danger pour le public.

Le NIOSH REL est pondéré A, pour des raisons de sécurité et de santé au travail, afin de refléter les fréquences entendues dans le discours humain. La décision d’utiliser une pondération A, plutôt que une pondération C ou des décibels non pondérés, semble avoir été prise car une perte auditive ou une «déficience auditive importante» était la lésion indemnisable pour ce que les travailleurs subissaient après une exposition professionnelle au bruit. La pondération A peut ne pas être appropriée pour la santé auditive et certainement pas pour les effets non auditifs du bruit sur la santé. Le facteur causal des dommages sonores est l’énergie totale du son. Certaines preuves montrent que le son à haute fréquence endommage les cellules ciliées de la cochlée nécessaires à l’audition, tandis que le son à basse fréquence endommage les cellules ciliées vestibulaires impliquées dans l’équilibre. La pondération A réduit les niveaux sonores mesurés d’environ 5 à 7 dB (réduction d’un facteur 4) . La pondération C prend aussi en compte les sons de basse fréquence inférieurs à 200 Hz.

Ceux qui citent la norme NIOSH de 85 dBA comme étant sûre pour le public ne comprennent clairement pas que le bruit est différent des autres expositions professionnelles, telles que les radiations ionisantes ou les solvants toxiques, car l’exposition se poursuit en dehors du lieu de travail, toute la journée, toute l’année, pour toute sa vie. En 1974, l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a ajusté le REL de 85 dBA du NIOSH pour tenir compte du temps d’exposition additionnel de 24 heures par jour au lieu de huit heures par jour et 365 jours par an au lieu de 250 jours – afin de calculer un temps de 70 dB – La moyenne pondérée sur 24 heures correspond au niveau d’exposition au bruit sans danger destiné à prévenir la perte d’audition due au bruit chez 99% des spectateurs (par convention, les moyennes pondérées dans le temps sont présentées en dB, et non en dBA).

Le niveau d’exposition au bruit sans danger pour éviter la perte d’audition est probablement même inférieur à la moyenne pondérée dans le temps de 70 dB pour une journée. L’EPA n’a pas ajusté son exposition au bruit au cours de sa vie, en utilisant uniquement l’exposition professionnelle de 40 ans, peut-être parce que l’espérance de vie d’un homme n’était que de 67 ans en 1974. L’espérance de vie moyenne actuelle est d’environ 80 ans aux États-Unis et de nombreux encore plus longtemps, une exposition de 40 ans est insuffisante. Les années supplémentaires d’exposition peuvent expliquer pourquoi la perte d’audition est si courante chez les Américains âgés.

Un concept important à considérer est la dose quotidienne totale de bruit. À quel niveau de bruit une personne est-elle exposée en une journée? Tout calculateur d’exposition au bruit au travail indiquera que, si une personne a deux heures d’exposition au bruit à 85 dB, il est mathématiquement impossible de faire une moyenne de 70 dB pour la journée, même si les 22 autres heures sont à zéro dB. Comme le montrent Flamme, et. al, dans le comté de Kalamazoo, dans le Michigan, la plupart des adultes reçoivent des doses sonores quotidiennes totales supérieures aux seuils d’exposition au bruit sans danger de l’EPA et de l’OMS pour la prévention de la perte auditive induite par le bruit.

Le problème de l’exposition au bruit non professionnel causant une perte auditive n’est malheureusement pas simplement une préoccupation théorique. En 2017, les Centers for Disease Control and Prevention signalaient qu’environ 25% des adultes américains âgés de 20 à 69 ans souffraient d’une perte auditive due au bruit (NIHL), connue pour être causée par le bruit et non par d’autres causes de l’encoche audiométrique caractéristique. Le plus préoccupant est la conclusion selon laquelle près de 20% des personnes atteintes de NIHL n’ont pas été exposées à un niveau élevé de bruit professionnel.

En l’absence d’une recommandation, d’une ligne directrice ou d’une norme fédérale sur l’exposition au bruit pour une exposition au bruit non professionnelle, la norme de 85 dB du NIDCD semble être devenue la norme fédérale d’exposition de bruit pour le public. Il est même utilisé comme limite de volume pour les écouteurs commercialisés comme «sûrs», même pour les enfants dès l’âge de 3 ans. Mais 85 dB n’est pas un niveau d’exposition au bruit sûr pour prévenir la perte d’audition, certainement pas sans limite de temps. Si quelqu’un a des preuves scientifiques montrant que 85 dB sans limite de temps peut être entendu sans danger, faites le moi savoir. Sinon, chers audiologistes, cessez de citer 85 dB comme niveau de bruit sécuritaire pour le public. Celà ne l’est pas.

Voir l’article : https://journals.lww.com/thehearingjournal/Fulltext/2019/01000/85_dB_is_Not_a_Safe_Noise_Level_to_Prevent_Hearing.11.aspx?fbclid=IwAR0N1PlcK35mwi4qDNQVUryZEFRNk0gsshz9H-sFiI7P8eDb2kLdvR76e7k

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s