Interview de la fondatrice d’une méthode pour « améliorer la qualité de vie des hyperacousiques »

Interview de la Fondatrice du protocole thérapeutique : lien vers le site.

L’étude effectuée pour obtenir la certification explique que ce dispositif médical est indiqué pour le traitement de l’acouphène et de l’hyperacousie.

L’étude explique que le fonctionnement est non-invasif, le dispositif se compose d’un boîtier de stimulations auditives associé à cinq logiciels. Ce dispositif médical diffuse un traitement thérapeutique sonore spécifique et personnalisé contenu dans la carte à puce via un casque audio.

Depuis mars 2019 le dispositif de traitement de l’hyperacousie et des acouphènes est certifié « CE Médical – Classe IIa » et enregistré auprès de l’A.N.S.M (Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Certification obtenue suite à une étude clinique rétrospective sur 74 patients (Le sous-groupe Acouphène comporte 32 patients et le sous-groupe Hyperacousie 42), démontrant la sécurité du dispositif dans le traitement de l’hyperacousie et des acouphènes.

Le marquage CE traduit la conformité du dispositif médical aux exigences essentielles de performance et de sécurité du produit énoncées dans les directives. L’étude qui a permis la certification ne parle pas de guérison, le critère principal de l’étude est l’amélioration de la gêne après la fin du traitement par rapport à un score d’inclusion. Dans le sous-groupe Acouphènes, 96,9% des 32 patients ont atteint le critère principal, soit une amélioration de la gêne d’au moins 5 points par rapport aux valeurs à l’inclusion. Ce pourcentage était de 100% dans le sous-groupe Hyperacousie de 42 personnes, attention cela ne veut pas dire qu’il y a 100% des personnes qui n’ont plus d’hyperacousie mais que les 42 personnes ont eu une amèlioration lors de l’étude.

L’effet sur le sommeil s’est avéré plus modéré, avec un score final moyen, sur l’échelle numérique, de 5,6 sur 10 dans le sous-groupe Acouphènes et de 4,4 sur 10 dans le sous-groupe Hyperacousie à l’évaluation finale.

La conclusion de l’étude ne parle pas de guérison mais elle reste encourageante sur l’amélioration de l’état des patients :

L’étude a démontré que cette méthode atténue la gêne des patients liée aux acouphènes et à l’hyperacousie. L’analyse a révélé une nette amélioration de la qualité de vie des patients, avec un impact plus modéré sur le sommeil. L’étude indique qu’étant donné la prévalence importante de l’hyperacousie et des acouphènes et leur retentissement sur la qualité de vie, et la vie sociale et professionnelles des personnes touchées, si le dispositif en évaluation confirme ses effets et est diffusé, il peut avoir un impact de santé publique significatif.

Voir l’interview :
https://www.youtube.com/watch?v=sxE_04LhCNU&feature=em-uploademail&fbclid=IwAR2PUn5NLLVc4WVIYPrO3ziEwlE_FRRNgY0oQOXoZwF2nFwyXZBrbkrR_Tw
Résumé de l’étude :
https://hearing-institute-of-resources.fr/wp-content/files_mf/1553509842Abstract21mars2019.pdf
Explication du traitement :
https://hearing-institute-of-resources.fr/a-propos-de-nous/comment-intervient-la-methode-oreblue/
Autre reportage moins élogieux :
Une personne ayant suivi le même protocole mais chez qui cela n’a pas du tout fonctionné.

——————————————————————————————————————-

Ce centre spécialisé peut être intéressant pour ceux dont la douleur n’est pas prise en compte et qui peuvent se retrouver dans une longue errance médicale.

Toutefois, tout accompagnement a un coût. Et pour ceux n’ayant pas les moyens ou la disponibilité, d’aller dans un centre spécialisé qui a l’avantage d’avoir un accompagnement global sur place, un accompagnement auprès des équipes spécialisées de l’AFREPA existe aussi et peut être pris en charge (en partie).

Une réeducation sonore peut y être effectuée avec un appareillage auditif. Cet appareil sans bruit blanc, coupe les sons forts sans atténuer les sons faibles. De plus les fréquences douloureuses sont atténuées. Progressivement et sur plusieurs mois, les sons deviennent de moins en moins douloureux et les réglages sont modifiés. Sous réserve d’avoir établit une reconnaissance auprès de la MDPH, une partie du coût de l’appareillage prothétique peut être prise en charge.

Un commentaire sur “Interview de la fondatrice d’une méthode pour « améliorer la qualité de vie des hyperacousiques »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s